Articles

Une justification par anticipation de la politique de l'OTAN

Image
Nous sommes en 69. le légat romain Quintus Petillius Cerialis vient de réprimer la révolte du Batave Julius Civilis. C'est l'occasion pour Cerialis d'enseigner aux Trévires vaincus la doctrine de l'impérialisme et de leur rappeler ce qui, de tous temps, motive les Germains.   Ferdinand BOL - Les négociations de paix(...) - vers 1660   Cérialis, ayant ensuite convoqué les Trévires et les Lingons, leur parla ainsi : "L'éloquence n'est pas mon art, et j'ai prouvé par l'épée la force du peuple romain. Mais puisque les paroles vous touchent plus que les faits, et que vous jugez les biens et les maux non d'après, leur nature, mais sur les discours des séditieux, j'ai voulu vous exposer quelques vérités qui, au point où en est la guerre, vous seront plus utiles à entendre qu'il n'est utile pour nous de les dire. Quand les chefs et les généraux des armées romaines entrèrent sur vos terres et sur celles des autres Gaulois, ce fut sans aucun i

Même en allemand, y avait pas moyen de mourir tranquille (1468)

Image
  Avec la Bible et surtout le Donat (L'Ars minor, une grammaire latine), l' Ars Moriendi fut le bestseller des débuts de l'imprimerie. L'Incanabula short title catalogue recense une centaines d'éditions de l'Ars Moriendi entre 1471 et 1501, dont des traductions en allemand, français, anglais, italien, hollandais, catalan ou espagnol. Les éditeurs avaient vite compris qu'il y avait plus à gagner (et à moindre risque) avec cette brochure d'une quarantaine de pages, souvent imprimée à la va-vite, qu'avec des Sommes théologiques de plusieurs centaines de pages. A ces incunables typographiques, il faut ajouter les incunables xylographiques (des brochures qui n'utilisaient pas de caractères mobiles, mais uniquement des bois gravés), dont cet exemplaire en allemand de 1468-1469. Pendant une vingtaine d'années (entre 1450 et 1470), l'impression xylographique a pu concurrencer l'impression typographique sur certains segments du marché grâce

Quand les Beatles étaient russes !

Image
Les images ne mentent pas. Les Beatles étaient russes et on les reconnait facilement à la coupe de cheveux. La preuve par l'image ! Photo prise à Eïsk, rue Chernomorskaya, vers 1913 Des détails en russe ici

Y'a plus moyen de mourir tranquille

Image
  Les bois gravés de l'édition d'Engelhardt Schultis (Lyon, vers 1490-1491) Exemplaire de la collection des Princes Czartorysky (Cracovie) Source : Biblioteka Cyfrowa

Processus de création de la Madeleine pénitente de Canova

Image
  1791, terracotta, 15 x 13 x 14.5 cm Musei Civici, Bassano del Grappa.   c.1794–1809, plaster with pointing marks, 45 x 40 x 41 cm Museo Gypsotheca Antonio Canova, Possagno.   c.1794–1796, marble and gilded bronze, overall: 95 x 70 x 77 cm Musei di Strada Nuova, Genoa 1808-1809, marbre, h. 0.95m Musée de l'Hermitage, Saint Petersbourg

Macron vs Le Chambard - ChatGPT vs Gérault-Richard

Image
Il est des questions qui ne peuvent s'aborder sans recourir à l'Intelligence Artificielle. Celle de savoir quels sont les point communs entre Emmanuel Macron et Jean Casimir-Perier, par exemple. La question est tellement cruciale qu'après avoir vérifié que le sujet n'avait pas été traité par France-Culture,  j'ai fait appel à deux autres Intelligences Artificielles (Bing et ChatGPT) pour m'assister. Le résultat de la consultation, un patchwork de quelques phrases recopiées de-ci de-là (voir annexes) ne m'a pas déçu, vu que je n'en attendais rien. J'aimerais quand même savoir quelle est la différence, selon Bing, entre un homme d' État et un homme politique ou ce que ChatGPT entend par stabilité politique (Casimir-Perier a démissionné de la Présidence au bout de 6 mois).   Il y a pourtant quelqu'un, qui en quelques lignes prémonitoires a listé les points communs entre Macron et Casimir-Perier, et ceci dès 1894. C'est Léon Gérault-Richard

Money, money... et touchez pas au grisbi de Pierpont

Image
Jan Gossart - Portrait d'un marchand - vers 1530 National Gallery of Arts, Washington     J'ignore quelle est la part de naïveté, d'inconscience, de cynisme, d'ironie ou de provocation dans la décision des responsable de la Morgan Library & Museum s'organiser une exposition Medieval Money, Merchants and Morality . Pour les uns, J. Pierpont Morgan fut un grand capitaine d'industrie, un mécène et un philanthrope, pour les autres, c'est l'un des barons voleurs (robber barons) qui firent fortune grâce à la corruption et à des manoeuvres financières douteuses.     Cette exposition est la première initiative de cette ampleur à examiner la révolution économique dans l'Europe médiévale et à cartographier le rôle et la perception de l'argent au cours de cette période. Ancrée autour des manuscrits médiévaux les plus connus de la Morgan Library, elle recontextualise de manière critique des objets de la collection ainsi que d'autres objets excep